Chacun de nous, au moins une fois, a prononcé la phrase “Eh, maintenant ils vont inventer ça aussi”, sur un ton entre sarcasme et ironie, en référence à l’invention de je ne sais quel outil fou et imaginatif. A ce jour, s’il y avait encore quelqu’un convaincu que les innovations dans le monde de la téléphonie ne peuvent pas aller plus loin, il se trompe : de petits changements, parfois minimes, mais constants, apparaissent dans chaque nouveau modèle de smartphone qui est lancé sur le marché.les dernières nouvelles viennent de Chine, et c’est ce qu’on appelle le premier téléphone de réalité virtuelle. capable de tourner des films et de prendre des photos à 360 degrés : il abrite en effet un double appareil photo de 13 mégapixels avec des objectifs “fisheye”. La nouvelle elle-même, pour notre génération de “natifs du numérique”, comme les personnes âgées aiment nous appeler avec une note de blâme dans la voix, peut sembler peu pertinente. Mais la grandeur des inventions prend vie dès que l’on essaie de comprendre comment on en est arrivé là. En partant du téléphone, on sait que ses premières réalisations étaient basées sur le transport du son dans l’air, et non sur des signaux électriques générés par la voix : l’invention du téléphone électrique est officiellement attribuée à Antonio Meucci qui, en 1871, a démontré le fonctionnement de son appareil qu’il a appelé “téléphone”. À partir de ce moment, que nous pouvons considérer comme la préhistoire de la téléphonie, il y a eu de nombreux changements, à partir de la première introduction pratique du téléphone en Italie en 1877, en passant par le premier service téléphonique en 1881, le premier appel téléphonique transatlantique en 1927, la diffusion d’abord des cabines téléphoniques et ensuite du téléphone fixe dans les foyers, puis du téléphone sans fil. Nous n’avons commencé à aborder notre concept actuel de téléphone qu’en 1973, lorsque le premier téléphone portable a été inventé par Martin Cooper, directeur du département de recherche et développement de Motorola, qui a passé son premier appel. La route est pavée, le succès assuré et les expériences sur les “téléphones portables” apportent toujours de grandes nouvelles. Le germe du “smartphone” est déjà présent, avec l’idée de créer des appareils qui combineraient la téléphonie avec l’utilisation d’ordinateurs, mais le terme “smartphone” n’est apparu qu’en 1997, lorsqu’Ericsson a décrit son GS 88 “Penelope” comme un Smart Phone. À partir de 2007, Apple a produit un nouveau type de téléphone mobile, équipé de fonctions multitouch et de pincement pour zoomer : l’iPhone. Nous connaissons l’histoire contemporaine : il ne nous reste plus qu’à essayer de prédire l’avenir.

l’histoire du téléphone fixe

La paternité de l’invention du téléphone a été attribuée au Florentin Antonio Meucci qui, en 1871, a démontré le fonctionnement de son appareil qu’il appelait téléphone, même si la primauté est due à un Valdôtain, Innocenzo Manzetti, qui a réussi à créer un appareil électrique capable de communiquer à distance dès les années 1850, mais sans pouvoir développer davantage le projet. Manzetti a baptisé son invention, basée sur l’induction électromagnétique, “télégraphe parlant”. Innocenzo Manzetti, comme le rapportent de nombreux témoignages de l’époque (journaux italiens et internationaux qui ont parlé de la manifestation publique du 10 juillet 1865) [1], a réussi à créer un dispositif électrique capable de communiquer à distance en utilisant le principe de l’induction magnétique alors que le premier dispositif de Meucci consistait en deux fils torsadés et serrés entre les dents. Meucci, ayant reçu des nouvelles des journaux, a écrit à Manzetti pour lui faire part d’idées similaires. Manzetti meurt à l’âge de 52 ans en 1877, tous ses produits scientifiques (boussoles, baromètres, thermomètres et le prototype du “téléphone”) sont vendus par son épouse Maria Rosa Anzola, avec un acte notarié daté du 7 février 1880, à deux voyageurs américains : Max Meyer, homme d’affaires, et Horace H. En 1860, Philipp Reis a présenté une machine pour la transmission électronique de sons musicaux à travers une barre vibrante sous l’influence d’un champ électromagnétique. Elisha Gray l’a inventé indépendamment et en a fait la démonstration en 1876, mais deux heures avant de déposer la demande de brevet, Alexander Graham Bell a présenté le sien (même si le projet qu’il proposait n’a pas fonctionné). C’est pourquoi, surtout aux États-Unis et au Canada, l’invention a été attribuée à Alexander Graham Bell. En 1871, Meucci a déposé un brevet provisoire, à renouveler chaque année au coût de 10 dollars, mais il n’a pu le renouveler que jusqu’en 1873, car il ne pouvait pas se permettre les 200 dollars nécessaires pour le brevet définitif. Le 11 juin 2002, le Congrès américain a reconnu historiquement la paternité du téléphone d’Antonio Meucci. Les premières implémentations du téléphone étaient basées sur le transport du son dans l’air, plutôt que sur des signaux électriques générés par la voix. Selon une lettre publiée dans le Beijing Journal en 968, l’inventeur chinois Kung-Foo-Whing a inventé le thumtsein, qui transportait probablement la voix par des tubes. Les premières expériences de Meucci et d’autres ont également utilisé ce système. Des systèmes similaires existaient également en Europe au début du Moyen Âge, mais encore plus tôt à l’époque romaine et dans la Grèce antique.